Algérie-Burkina Faso en présence de 14 000 supporteurs (officiel)

Le match Algérie-Burkina Faso, comptant pour la 6e et dernière journée du tour des groupes des éliminatoires de la Coupe du monde 2022, prévu le 16 novembre prochain au stade Mustapha Tchaker de Blida, se jouera en présence du public. La Confédération africaine du football a autorisé en effet la présence de 14 000 supporteurs, a indiqué la Fédération algérienne du football (FAF) dans un communiqué rendu public samedi 6 novembre.

« Faisant suite aux décisions des autorités publiques, notamment les instructions de Monsieur le Premier Ministre portant réouverture des enceintes sportives au public ; et sur demande de la Fédération algérienne de football (FAF), sur la base de l’accord des autorités sanitaires algériennes, la Confédération africaine de football (CAF) a donné son autorisation pour la présence de 14 000 spectateurs pour le match Algérie – Burkina Faso, prévu le mardi 16 novembre 2021 au stade du Chahid Mustapha Tchaker de Blida (17h00) et comptant pour la 6ème et dernière journée du groupe A des éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA – Qatar 2022. », a affirmé la FAF dans son communiqué.

Un atout supplémentaire pour les Verts

Cette nouvelle ne pourra que réjouir l’équipe nationale algérienne et ses supporteurs. L’entraineur Djamel Belmadi a déjà exprimé son vœu d’accueillir les Etalons en présence du public. C’est désormais chose acquise.

Il va sans dire que cela représente un atout supplémentaire pour les Verts pour ce match crucial et qui s’annonce décisif pour la qualification pour le prochain tour. Autant le dire en fait que le billet qualificatif de ce groupe se jouera lors de ce match entre les deux équipes. Leurs prochaines rencontres face au Djibouti pour l’Algérie et le Niger pour le Burkina Faso ne sont en fait qu’une formalité pour l’une et l’autre formation.

Ainsi, les camarades du capitaine Riyad Mahrez pourront compter lors de cette «  finale » sur leur 12e homme qui n’hésitera certainement pas à leur prêter main forte pour passer l’écueil des burkinabés.

Retour en haut