L’Algérie ferme le gazoduc Maghreb-Europe qui passe par le Maroc

L’Algérie a décidé ce dimanche de ne pas reconduire le contrat du gazoduc Maghreb-Europe (GME) avec le Maroc, a annoncé la présidence de la République.

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a officiellement tranché sur la question, en dépit de l’insistance de Rabat pour son maintien. Il a en effet ordonné « la cessation des relations commerciales entre Sonatrach et l'Office marocain de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) » et le non renouvellement du contrat gazoduc Maghreb-Europe (GME) qui expire ce dimanche 31 octobre, à minuit.

« Au vu des pratiques agressives du Royaume du Maroc envers l’Algérie, qui portent atteinte à l’unité nationale, et après consultation du Premier ministre, du ministre des Finances, du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, et du ministre de l’Energie et des Mines, le Président de la République a ordonné à la société nationale Sonatrach de cesser les relations commerciales avec la société marocaine et le non-renouvellement du contrat », a indiqué la présidence de la République.

Ainsi, le gaz naturel algérien ne transitera plus par le Maroc qui tirait du GME près d’un milliard de m3 destinés à la production de 17 % de son électricité pour alimenter ses centrales thermiques, en plus des taxes liées au transit qui lui rapportaient jusqu’à 200 millions de dollars par an, selon les chiffres qui circulent.

Alger rassure Madrid

Mardi 24 août, l’Algérie rompait ses relations diplomatiques avec le Maroc, invoquant des « actes hostiles incessants perpétré par Rabat ». Deux jours plus tard, Alger a affirmé que les approvisionnements de l’Espagne en gaz naturel algérien seraient désormais assurés via son gazoduc reliant directement les deux pays.  Des propos censés rassurer le partenaire espagnol d’autant plus que l’Algérie est le premier fournisseur de gaz naturel de l’Espagne.

Mercredi 28 octobre, lors d’une rencontre avec l’ambassadeur d’Espagne, le ministre algérien de l’Énergie et des Mines, Mohamed Arkab, a réaffirmé que « l’Algérie, à travers la compagnie Sonatrach, honorera ses engagements avec l’Espagne relatifs à l’approvisionnement en gaz naturel et elle est prête à discuter des conditions de livraisons gazières supplémentaires », selon un communiqué du ministère rapporté par APS.

« Les partenaires espagnols ont été assurés que l’Algérie fournira tous les approvisionnements prévus. Nous nous sommes engagés également à ce que toutes les livraisons se fassent à travers les installations se trouvant en Algérie, via le gazoduc Medgaz et les complexes de conversion de gaz », a précisé le ministre Mohamed Arkab.

Retour en haut