La France va rendre hommage à l’Emir Abdelkader avec une œuvre d’art

Le conseil municipal d’Amboise dans le centre de la France, a annoncé mercredi 22 septembre, qu’une œuvre d’art en hommage à l’Emir Abdelkader est en projet. Une création qui, devrait voir le jour en 2022, si elle serait accordée par Emmanuel Macron.

Selon le site français la nouvelle république, une œuvre d’art  pour rendre hommage à l’opposant algérien, l’Emir Abdelkader est sur le  point d’être concrétisée à Amboise. Ce projet figure parmi les recommandations de l’historien Benjamin Stora dans son rapport présenté au président français au sujet de la réconciliation mémorielle entre la France et l’Algérie.

Une œuvre d’art contemporain plutôt qu'une stèle

Le projet n’est pas nouveau. Cette idée a été déjà évoquée en début d’année. Selon le maire d’Amboise, Thierry Boutard, ''si on parlait au départ d’une stèle, ce devrait finalement être une œuvre d’art contemporain, réalisée par l’artiste Michel Audiard, qui devrait être installée pour rendre hommage à l’Emir Abdelkader'', a-t-il annoncé.

L’élu explique que "ce dossier a été mené avec la présidence de la République, et son plan de financement sera présenté lorsqu’il sera ficelé. En attendant, des sollicitations ont été faites. Il s’agit de rendre hommage au passage d’un personnage historique dans notre ville".

Pourquoi à Amboise ?

Si la ville d’Amboise a été choisie pour honorer le combattant algérien, c’est parce que l’Emir a été emprisonné pendant quatre ans au château d’Amboise. C’est aux abords de ce manoir, que l’artiste Michel Audiard prévoit d'installer une œuvre inspirée du passage de l’Emir au château d’Amboise.

"Elle sera composée de plaques d'acier de 1,50 m sur 3 m, avec trois poteaux et une partie transparente", explique l'artiste. Précisant que "quand on sera sur les bords de Loire, la transparence permettra de voir le château royal à travers. Et de voir la Loire depuis l'autre côté."Le calendrier n'est pas encore arrêté, mais les dessins préparatoires sont déjà faits.

Pour rappel, le rapport de l’historien Benjamin Stora sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie, remis à l’Elysée le 20 janvier, préconise qu’une stèle soit installée au château d’Amboise, en Indre-et-Loire, où il a été emprisonné de 1848 à 1852.

Retour en haut