La France gèle les pensions de certains retraités algériens

De nombreux retraités algériens ayant travaillé en France auraient été notifiés récemment, de la suspension de versement de leurs  pensions à titre conservatoire. La caisse nationale des allocations familiales (CNAF) a lancé une procédure pour le réexamen des dossiers de retraites et la nature des prestations fournies.  

C’est par le biais du consulat général de France à Oran que la caisse française des retraites a informé ces retraités algériens de cette décision. Le gel des pensions n’est pas une mesure définitive.  Il s’agit seulement, d’une procédure à titre conservatoire qui durera le temps du réexamen de ces dossiers où il y a des suspicions de fraude.

Une fraude au « certificat de vie ».

A noter qu’une enquête menée par des parlementaires français  avait fait état de soupçons de fraude au « certificat de vie ». En effet, des familles de retraités ne déclareraient jamais le décès afin de continuer de percevoir les pensions venues de France.

Les rédacteurs du rapport se sont étonnés de la "longévité des ressortissants algériens bénéficiant d’une retraite française en Algérie". Ils relèvent que "le nombre de pensionnés algériens centenaires enregistrés dans nos caisses de retraite" pouvait être supérieur à celui "des centenaires recensés par le système statistique algérien…" .

Selon les statistiques de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), plus de 1,25 million de retraités de la Sécu vivent en dehors de la France, dont près de 40% au Maghreb. Le total des prestations qui leur sont versées chaque année atteint 6,5 milliards d’euros par an.

 

Retour en haut